Nouveaux boitiers et nouvelles optiques chez Nikon…

Encore des nouveautés ?

C’est un peu la saison qui veut ça ; alors que le Salon de la Photo débute à Paris, les constructeurs font quelques annonces. Et Nikon ne déroge pas à cette règle.

Ceci étant, ces dernières nouveautés, qui concernent le matériel amateur, n’ont pas le même retentissement que les sorties en grandes pompes du D500, du D5 ou du 70-200 f/2,8 dont je parlais récemment…
Coté boîtiers, le D3400 est connu depuis le mois d’août, et c’est aujourd’hui le D5600 qui fait son apparition.
Rien de très nouveau sous le soleil de ces deux boîtiers ; capteurs 24 Mpix comme pour leurs prédécesseurs, mais aux performances améliorées. Et toujours l’excellent Expeed 4 pour piloter la bête (jusqu’à 25600 iso !).
La nouveauté vient surtout de la connectivité accrue, avec le Bluetooth® intégré qui rend l’appareil compatible « SnapBridge » (avec quelques restrictions pour le D3400…).
Le D3400 se trouve à moins de 600€ en kit avec l’AF-P 18-55mm, et le D5600 est annoncé à 900€ dans la même configuration.

Nikon AF-P DX 70-300 ED VR

Autre sortie, très discrète : deux versions d’un nouveau 70-300… DX !
Le 70-300 f/4,5-5,6 IF-ED était jusqu’alors le 70-300 de la gamme Nikon. Compatible FX, pas très lumineux mais stabilisé, et un peu mou au delà de 200mm. Une optique plutôt homogène et qualitative (baïonnette et fût en métal…).
Ce nouveau « AF-P DX Nikkor 70-300mm f/4,5-6,3G ED » (!) vient compléter la gamme des 55-200 et 55-300 destinés aux amateurs. Il existe dans deux variantes, avec ou sans stabilisation VR.
La différence de prix étant inférieure à 50€, autant dire que la version sans VR est une aberration sur une optique qui « ouvre » à f/6,3 à 300mm (éq 450mm !).
Parions que cette version sans VR va plutôt se retrouver dans des « double kits » pas chers, qu’on trouvera plutôt en supermarchés.

OK, mais pour quoi faire ?

« Quel intérêt ? » me direz-vous, pour ce 70-300 comparé au 55-300 ?
A mon avis : à peu près aucun !!!
Commençons par décortiquer son appellation :
AF : pas besoin de vous faire un dessin !
DX, ED, et G, si vous êtes habitués de la marque, ça vous parle aussi ; une optique spéciale pour APS-C et comportant une lentille à faible aberrations chromatiques, et pas de bague de diaph.

Le « P » de AF-P en revanche, c’est une nouveauté qui date des 18-55 sortis début 2016. Il signifie que l’objectif est doté d’un moteur « Pulse », autrement dit un moteur pas-à-pas qui remplace le bon vieux moteur continu « silent wave ».
Ce moteur garantit une mise au point précise, rapide et silencieuse, qualité appréciée en vidéo ; sauf que même réputée « silencieuse », une mise au point s’entend toujours en bruit de fond sur une vidéo. C’est bien pour cette raison qu’on fait la MAP en manuel quand on « filme » en son direct…
Un moteur pas-à-pas peut en revanche trouver son intérêt dans un système de « pré mise au point », la principale caractéristique d’un tel moteur étant de pouvoir retrouver facilement une position pré-définie. Nikon est peut-être déjà en train de travailler sur cette évolution de ces modules AF… 😉

Autre nouveauté, et pas des moindres, ce changement de technologie s’accompagne de la disparition du commutateur AF/MF et de celui du VR.
Ces dispositifs sont maintenant activés directement depuis le menu de l’appareil.
Nikon prétend que cela permet d’éviter les manipulations involontaires. De méchantes langues prétendent qu’il s’agit plutôt de baisser les coûts de production par tous les moyens possibles !

Ce qui est certain c’est que ces optiques « AF-P » ne sont compatibles qu’avec les derniers boîtiers de la gamme DX : D500, D3400 et D5600.
Annoncé à 349€ (sans VR) et 399€ (avec VR) le positionnement tarifaire de ce nouvel objectif est assez étrange. Face à la version AF-S qui s’affiche à environ 330€, et qui offre un confort d’utilisation supérieur, je ne vois pas bien ce qui fera pencher la balance vers la version AF-P. Du moins en « deuxième monte ».
En « première monte » c’est un peu différent, puisqu’un objectif vraisemblablement moins couteux permettra de faire baisser le prix d’un kit « double optique » proposant le 18-55 AF-P + 70-300 AF-P.
A condition, toutefois, d’accepter un léger trou entre 55 et 70mm.

Bref, à mon sens, ce nouveau 70-300 ressemble fort à un coup d’épée dans l’eau. Ce que l’avenir nous confirmera… ou pas ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*